DSC04369

Une partie de ma préparation à l'arrivée de la picholine a consisté à chercher quoi faire avec tout ce qui en sortirait de plus ou moins liquide. À l'époque, j'ai beaucoup fureté sur la blogosphère pour me faire mon idée sur la question.

Nous étions d'accord avec Vache-le-père : hors de question d'utiliser des langes jetables, et de transformer notre bébé en producteur géant de déchets. J'étais bien tentée par tous ces magnifiques langes lavables, doux et colorés, mais nous avons finalement opté pour la plus simple des formules, les bons vieux langes en coton de nos grand-mères.
Voir à ce sujet l'excellent article de l'Atelier naturel : tout y est dit. 

Restait à se procurer des culottes de protection.
On apprend de ses erreurs, dit-on ; si vous êtes maman-couseuse débutante, à l'aube de votre recherche du Graal de la culotte de protection idéale, vous apprendrez peut-être des miennes.

Tout d'abord, parmi les trois marques de culottes achetées dans le commerce, une seule nous a satisfaits (Kiddy Bips). L'autre se porte par défaut quand toutes les autres culottes sont sales, mais on sait d'avance que le body sera mouillé après, la troisième est carrément immettable. Pour que ça déborde de partout autant garder le popotin à l'air.

J'ai donc très vite essayé de fabriquer des culottes maison, avec quelques déboires de débutante. J'ai d'abord voulu faire avec ce que j'avais sous la main :

  • Le tissu imperméablilisé utilisé pour les nappes (nickel pour le tapis de parc) a très bien marché les deux premières fois. Au troisième lavage, le tissu n'est plus imperméable du tout, cherchez l'erreur.
  • Forte de ma première expérience, j'ai cousu de magnifiques petites culottes velours tout doux d'un côté, plastique de l'autre. Ah ça, question imperméabilité, rien à redire. Mais mon coeur de mère a saigné en voyant le popotin écarlate de la picholine après une heure à peine dans sa nouvelle culotte. 

Rongée du culpabilité, j'ai compris l'utilité du tissu imperméable ET RESPIRANT, et j'ai commandé du PUL, double et simple face pour essayer les deux (par exemple chez Ar Brinic ou Couche Nature)

  • Avec le PUL double face (tissu des deux côtés), j'ai confectionné une culotte qu'on utilise toujours, mais sans conviction; la face en contact avec le lange est forcément imbibée de pipi, elle doit donc être lavée à chaque utilisation, et en plus elle ne sèche pas très vite.
  • La culotte presque parfaite qui a suivi avait donc une face plastifiée côté lange. Mais en cousant le scratch doux sur le devant, j'ai saboté mon PUL de quelques centaines de petits trous. Fuite garantie en cas de lange bien mouillé, la nuit par exemple.

J'en suis arrivée à la culotte kivabien. Entre-temps la picholine a bien grandi, c'est une culotte grand format.

 

Voici donc pour celles (et ceux?) que ça intéresse, en guise de modeste contribution, ma manière de faire :

patron : VKculotteKVB

tuto page 1 : tutoVKculotte_Page_1 tuto page 2 : tutoVKculotte_Page_2

 

Bonne couture!

PS : Je me suis beaucoup arraché les cheveux pour arriver à poster les documents dans un format acceptable... (J'aurais pu coudre 15 nouvelles culottes pendant ce temps!) Si ça ne fonctionne pas bien, prévenez-moi, je vous enverrai un PDF.